Cochabamba et le Parc National de Torotoro…whaou!

Nous resterons à Cochabamba 3 nuits, du 18 au 21 octobre (ou plutôt à Tiquipaya).

Nous avons été enchanté de notre séjour dans cette ville de Bolivie, en particulier grâce à notre logement ! Nous avions opté pour un Airbnb et cela s’est avéré être une sacrée expérience et une rencontre très sympa: Graciella est une femme d’une soixantaine d’année, une artiste qui a eu de multiples vies.

Avec son mari architecte, ils ont construit la « Biosfera », un endroit atypique et respectueux de la nature, à l’écart de la ville: une maison biscornue, aux formes arrondies, avec des petits vitraux de couleur au plafond qui laissent passer la lumière alors colorée, des fenêtres en forme de goutte d’eau, une machine à laver 🙃…Dans le jardin, on croise des lamas, des poules, une jument « Estrella », des autruches, des paons, un petit étang…se retrouver dans la campagne était vraiment ressourçant. Pour y accéder, pas de route, seulement des chemins de terre. Mais nous avions tout de même un microbus qui passait non loin de la maison, on avait juste à lever la main pour monter et au bout d’une trentaine de minutes nous étions dans le centre de Cochabamba.

Notre airbnb
Notre airbnb, la classe le jardin?
Structure originale pour une maison!

D’ailleurs, soulignons la qualité du réseau de ces micros, son prix complétement dérisoire, et son look !

A Cochabamba, nous avons pas mal déambulé à pieds,…nous avons fait des courses pour nous faire des crêpes 😊, nous avons nourri des pigeons (activité très répandue sur les Plaza mayor), profité du soleil. Et nous avons fait un petit tour de téléphérique pour nous rendre jusqu’au Cristo de la Concordia, une immense statue du Christ qui domine la ville (qui soit dit en passant dépasse le Christ Rédempteur de Rio de Janeiro) !

Bref, rien de vraiment culturel, mais tellement agréable !

   

Après notre séjour à Cochabamba, nous avons décidé de prendre le chemin pour le Parc National de Torotoro. Depuis Cochabamba, il y a des vans qui partent toute la journée pour Torotoro – une fois qu’ils sont remplis (il y a 12 places environ)- pour 35 bs par personne (environ 4h30 de trajet).

Equipés de tous nos sacs, nous voilà tous les 4 dans notre micro pour rejoindre la ville, nous quittons la Biosfera et Graciella reposés et enchantés de ces quelques jours. Ne sachant pas vraiment le terminus de notre bus, nous descendons aux alentours de notre destination finale…mais nous avions en fait encore quelques mètres à parcourir…qui nous ont semblé longs, très longs sous le poids de nos sacs et sous le soleil de Cochabamba. Nous avons traversé le marché, et quel marché, on n’y vend de tout, légumes, farine, blé, riz, papier toilette, meubles, pneus,… Arrivés à l’arrêt pour Torotoro, il y a déjà 3 personnes, nous attendrons environ 1h30 avant de partir, le temps de manger dans le bouiboui du coin…toutes nos affaires sont chargées sur le toit avec des sacs de céréales, des glacières…et c’est parti !

 

Le trajet est superbe: Ah! enfin la Bolivie nous offre des « whaou » !!! C’est qu’on deviendrait presque difficile!

Les paysages sont magnifiques, on quitte la civilisation pour entrer dans le Parc national de Torotoro. La route secoue un peu, c’est un chemin de galets, alignés à la main. On imagine les heures et les années de travail pour dessiner une telle route.

Le Parc de Torotoro est situé à 135km de Cochabamba. C’est le plus petit des Parcs Nationaux de Bolivie mais certainement encore l’un des plus préservés. On y trouve des empreintes de dinosaures (c’est fou n’est ce pas?), des formations géologiques curieuses, des grottes, des grands espaces…

Nous arrivons dans le petit village de Torotoro et trouvons un hospedage pour la nuit, qui se transformeront en 3 nuits…Le village est tout en pierre traversé par de petites ruelles, nous sommes sous son charme. Bon, j’avoue le premier soir, nous étions un peu « tendus ».

En effet, nous nous sommes demandés, un peu tard, si nous aurions assez d’argent pour faire toutes les excursions que nous voulions, payer l’hospedaje, le trajet de retour, les repas…car à Torotoro, il n’ y a pas internet, pas de paiement ni retrait par carte bancaire…Mais finalement, dès le lendemain matin, nous avons été rassuré en voyant le coût des guides pour randonner et explorer le Parc (on ne peut pas s’aventurer seul dans le Parc, zone protégée), il faut payer le guide pour chaque excursion (100 bs) et en plus un trajet en 4×4 si nécessaire.. Il faut aussi s’acquitter d’un droit d’entrée dans le parc (nous négocierons le paiement pour 2 adultes, 100 bs x 2 + 1 étudiante 20bs).

Dimanche 22 octobre, nous choisissons d’aller voir la Ciudad de Itas et la Caverna (grotte) de Umajalanta.

Nous partons avec notre guide vers 9h : il était fatigué notre petit jeune, j’ai l’impression que la soirée n’était pas encore finie quand on l’a appelé pour guider une famille de français! Il suait la bière, mais bon au demeurant très sympa et de très bonne composition car nous avons marché et crapahuté quelques heures et je suis restée assez admirative de sa forme physique avec la cuite qu’il avait dû se prendre…😜

Bref, nous sommes partis en 4×4 pour la Ciudad de Itas. Il nous a fallu environ 1h de piste pour y arriver. Nous avons traversé des paysages une fois de plus exceptionnels : on voit distinctement les différentes strates de pierres, nous sommes exactement à l’endroit où il y a des milliers d’années, les plaques tectoniques Nazca et del Sur se sont chevauchées. Et c’est incroyable de constater les formes que cet évènement géologique difficilement imaginable pour nos esprits à laisser dans la nature ! Nous arrivons au point d’entrée de la « Cité de Itas » : il s’agit d’un labyrinthe de cavités creusées dans des énormes rochers. Nous randonnons 2 heures environ dans ce lieu magique. On se régale ! On croise même des peintures « rupestres ».

Ciudad de Itas
Ciudad de Itas

Ciudad de Itas

Après cette randonnée, nous repartons en direction de la Grotte de Umajalanta (pensée émue pour nos copains spéléos 😉) : équipés de casques et lanternes, nous passerons 2 bonnes heures sous terre à ramper et passer différentes salles. Je ne peux pas dire que j’ai pris beaucoup de plaisir, j’ai eu peur pour les enfants, on a fait quelques passages périlleux, il fallait se tenir à des cordes, et je doutais des capacités de notre guide…enfin quand j’ai commencé à apercevoir le jour, j’ai vraiment compris l’expression « voir la lumière au bout du tunnel » ! Timoté et Océane étaient eux ravis de cette première expérience, ils ont « kiffé grave ».

Entrée dans la grotte

Le lendemain, nous sommes repartis pour une randonnée d’environ 5 heures pour aller découvrir le Canyon de Torotoro mais aussi les empreintes de certains dinosaures. C’est assez incroyable de découvrir ces traces, on a du mal à réaliser qu’on marche exactement où des dinosaures sont passés il y a quelques millions d’années. On essaie de faire comprendre cette dimension aux enfants mais la mesure du temps même à 11 ans reste encore vague, surtout dans de telle proportion!

Empruntes de dinosaures
Timoté assis à côté d’une énorme emprunte!

On est émerveillé, mais aussi fiers de nous: la descente et la remontée du canyon, c’est chaud! Timoté et Océane sont de vrais « alpinistes » comme disait le guide, mais nous les vieux, on sent quand même le poids des années (ou de la chaleur on va dire, de l’altitude…). On rentre dans l’après midi à notre hôtel et on trouve même le courage de faire l’école avant d’aller dîner!

 

On retourne manger à une petite pizzeria et on sympathise avec le cuistot qui nous fait l’honneur d’inaugurer son mur pour y laisser un petit message: la classe quand même, savoir qu’au fin fond de la Bolivie, la Picard Family a aussi laissé son empreinte!

Mardi 24 octobre, nous quittons Torotoro, la tête pleine de merveilleux souvenirs! Cette étape a été vraiment marquante pour nous et très enrichissante! Nous rejoignons la civilisation, et partons pour Sucre, autre très bel endroit de Bolivie!

Mais ce sera pour le prochain article,…🤗

 

 

 

 

12 commentaires sur “Cochabamba et le Parc National de Torotoro…whaou!

  1. Bonjour les love trotters ! J’ai lu votre récit avec attention car nous venons d’arriver en Bolivie et ce fameux parc de Torotoro nous tente.
    Vous souvenez vous du prix que vous avez payé pour l’hospedaje et de son nom?
    Merci d’avance !

    1. Coucou!
      nous avons payé 25 eur la nuit pour tous les 4 et c’était à l’hospedaje COMO EN CASA!
      Bonne route!

  2. Salut les aventuriers, comme ceux qui attendent l’épisode suivant de leur série télé, on attends, on échange et parle de vous, on est super content de découvrir les paysages (sur terre et sous terre, les véhicules (coté sécurité s’est fiable je vois…), et la rédaction est toujours aussi drôle et de plus en plus riche!! merci pour ces petits rappels de l’histoire, bises à tous.

  3. Coucou ma Lili
    On pense nous aussi fort à vous ! Et grâce à toi Gaël lit (si si il lit aussi vos aventures)
    En tout cas merci de nous faire partager vos aventures et tout ces paysages senplides (enfin nous on préfère les photos natures que citadines)
    Gros bises de nous 6

  4. Salut Mme Picard !
    C’est toujours avec un réel plaisir de lire votre aventure à travers ton blogue qui est vraiment TOP !!!
    Je vous souhaite encore une belle journée dans votre beau périple aux milles et un paysage plus jolis les uns que les autres !
    Hâte de découvrir les prochains articles 😉
    Grosses bises

  5. Lire vos aventures c’est que du bonheur, tes récits sont tellement vivants, passionnants, les photos magnifiques!
    Des bisous à vous 4

  6. Magnifique paysage, trop fort vos loulous, ils assurent !!!

    Bonne continuation et vivement le prochain article 🙂

    La bise
    Emilie

  7. Un véritable plaisir de vous suivre
    Lili quand je lis j’ai l’impression que tu es en face de moi avec une bière 🍺 en train de nous raconter votre journée 🤣
    C’est top top quel talent entre le culturel la description des personnages et des paysages on se croit dans une BD 😉
    😘😘😘😘

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *