Ia Orana tout le monde! We’re back from French Polynesia!

13 janvier…ouh là là, je me suis laissée vivre depuis mon dernier article, hein? eh oui, pas d’article depuis…ah ben.. l’année dernière… carrément😂

Alors en premier lieu, je vous souhaite à tous, ou re souhaite, une merveilleuse année, qu’elle vous apporte du bonheur et la santé! Que les soucis du quotidien ne vous gâchent pas la vie, que vos projets se concrétisent, que le rire soit votre meilleure arme pour avancer tout au long de cette nouvelle année et …voilà, ce sera déjà pas mal. Je vous souhaite que le meilleur est plus encore !

Happy New Year 2018!

Pour notre part, les fêtes se sont passées dans le calme. Loin des amis et de la famille, elles ont eu une autre saveur, du moins pas la même euphorie que nous connaissons d’habitude. Mais malgré ces quelques jours je dirais de « flottement », nous avons adoré passé ces 3 semaines en Polynésie Française, en paréo, shorts et tongs! Et si ça ne tenait qu’à ça! Certes le climat et les paysages y sont pour beaucoup, mais la gentillesse des gens et l’ambiance, la vie en Polynésie font que nous partons le cœur serré, et vraiment on se dit « we’ll be back »!

Ça tombe bien, de nouvelles compagnies aériennes vont enfin avoir le droit d’atterrir à Papeete et le coût des billets d’avion a commencé à baisser: grosso modo, nous étions à 2’000 € un A/R Paris-Papeete, il semble que nous pourrons trouver des billets à +/- 1’000€. Ben voilà une bonne idée de vacances, non ?

Nous sommes arrivés en Polynésie Française le 18 décembre. La Polynésie Française est composée de 5 archipels (+/- 250 000 habitants) couvrant une surface de 5 millions de km2 en plein milieu de l’Océan Pacifique : archipel de la Société, les Tuamotu, les Gambiers, les Australes et les Marquises. Tahiti est l’île principale/capitale Papeete.

Moorea

Nous sommes restés dans l’Archipel de la Société, sur les Iles du Vent précisément (il y a aussi les Iles sous le vent), Tahiti et Moorea, en particulier pour une question de coût : nous pouvions rejoindre Moorea depuis Tahiti par bateau (il y a plusieurs navettes par jour qui assurent la liaison entre les 2 îles) pour environ 30€ pour tous les 4 alors que pour aller sur les autres îles, il fallait prendre l’avion, et là, à 4, les tarifs étaient vraiment trop élevés !

Nous avons commencé par 5 jours sur Tahiti et nous nous sommes régalés. Nous avions quelques a priori sur l’île et Papeete en particulier, mais ça, c’était sans compter sur l’accueil de nos hôtes airbnb, Robert et Norma, qui par leur gentillesse nous ont donné une toute autre image de l’île. Tahiti sert surtout d’étape de transit et en général peu de touristes s’y attardent.

Nous ne logions pas à Papeete même mais à Paea, à environ 30 minutes de la capitale. Nous sommes arrivés très tard de Rapa Nui, il était 1h du matin mais nos hôtes nous attendaient et nous avons vraiment apprécié leur accueil si tardif ! Le spot où nous étions était génial: la plage était à une cinquantaine de mètres de chez nous, et Robert et Norma nous prêtait kayak, palmes, masques, tubas. Le premier matin, Robert nous avait apporté pain frais et des fifis, des beignets qui ressemblent à des bugnes, une spécialité polynésienne. Nous avons pu commencer nos explorations sous-marines dès notre arrivée en Polynésie et même observer des dauphins. C’était excellent d’observer Océane, et Timoté en particulier, découvrir le monde sous-marin. Muni de son masque et de ses chaussures, il passait beaucoup de temps à regarder les poissons. C’était pour lui la première fois, et il s’est éclaté! Le lagon était calme, c’était parfait pour se baigner et faire du snorkeling (observer les poissons avec masque et tuba), et le soir, nous étions idéalement situés pour le coucher du soleil.

Robert et Norma donnent des cours d’aquabike dans certains hôtels mais aussi dans le lagon. Ils installent les vélos dans l’eau, face à l’horizon, et c’est parti! Nous avons eu un vrai coup de cœur pour ces gens, avec qui nous avons partagé des bons moments (apéros conviviaux autour de coco et poisson cru 😊). Nous avons eu aussi beaucoup de chance, nous avons eu 5 jours de soleil et en cette saison, c’était plutôt inespéré!

Accès à la plage de chez Robert et Norma

Comme nous n’avions pas de moyen de locomotion pour aller jusqu’à la capitale, nous avons fait du stop: pour Océane et Timoté cela a été une vraie révélation. A chaque fois qu’on sortait, ils trépignaient : « on peut faire du stop ? », comme quoi, un petit lever de pouce, et ils étaient refaits! ça ne tient à rien! C’était une affaire vite réglée, en 5 minutes nous étions embarqués… C’était un chouette moyen de rencontrer des gens et de papoter un peu. Nous avons rencontré des « popas », des français de métropole venus s’installer en Polynésie (il y en a énoOormément), des polynésiens…ils ont tous un point commun, la gentillesse et le sourire. Partout, que ce soit dans ce cas lorsque nous avons fait du stop, mais dans les commerces, les banques, la rue, …les gens sont sympathiques. Ils ont le sourire, ils sont bienveillants. Ils parlent sans crainte, tout le monde se tutoie (sans pour autant se manquer de respect), prend le temps de discuter. C’est ce qui nous a le plus marqué en Polynésie.

Marché de Papeete
Chez Robert et Norma, Paea

Par exemple, une fois, pour rentrer de Papeete et rejoindre Paea, un couple de Polynésien s’arrête avec son pick up (ils ont tous des pick up ici). On leur explique où nous allons et nous disent de monter. Nous voilà partis, ils nous racontent qu’ils étaient venus jusqu’au Carrefour de Papeete, car il y avait une promo sur les moules et que pour Noël, c’était nickel ; nous, on raconte notre vie, on papote et au bout d’un moment, Yannick leur demande s’ils habitent loin après notre village…et ils nous répondent que non, ils n’habitent pas après notre village mais de l’autre côté de l’île…Nous les faisons répéter. Mais non non, nous avons bien compris, ils sont en train de faire un détour de 40km pour nous ramener…les bras nous en tombent…nous nous confondons encore plus en remerciements et nous les laissons à Paea avec des yeux pleins d’étoiles tellement abasourdis par autant de gentillesse envers des inconnus…

Nous étions ravis de faire ces rencontres, de pouvoir aussi de nouveau échanger facilement; eh oui après 3 mois à parler espagnol, reparler français nous aurait presque fait bizarre. On a mis une petite semaine à nous défaire du « Hola » pour le remplacer par « Ia orana » !  Nous avons pu aller faire nos courses à Carrefour, (toujours pas de reblochon au menu, beaucoup trop cher mais aussi presque trop chaud pour l’apprécier), vivre l’effervescence des derniers jours avant Noël, la frénésie des gens dans les magasins ! Nous ne nous sommes pas offerts des papillotes mais par contre nous nous sommes régalés d’ananas, de mangues, de papaye, de coco, de poissons…la nature est vraiment généreuse sous ses latitudes.

Moorea, on arrive!
Poisson cru à la tahitienne

Puis, après ce court séjour sur Tahiti, Robert nous a emmené au port, on s’est dit « à la prochaine », et nous avons pris notre bateau pour Moorea.

En 30 minutes à peine nous étions arrivés sur la belle et verdoyante Moorea!

C’était vraiment particulier de retourner sur Moorea, c’était plein d’émotion. (oui, on a vraiment pas de chance, c’est la deuxième fois que nous allons sur Moorea, la première c’était il y a 12 ans pour notre voyage de noce). Nous l’attendions avec impatience, de retrouver les odeurs de fleurs de tiaré, la végétation luxuriante, l’ambiance familiale et polynésienne. Qui de nous deux aurait cru un jour y retourner et en plus avec 2 enfants??

En route pour Moorea!

Nous avons passé tout le reste de notre séjour sur l’Ile de Moorea. Nous nous y sommes tellement plus, que nous avons décidé finalement d’y rester jusqu’au dernier moment, c’est-à-dire le jour de notre vol pour Auckland. Nous avons loué des scooters, sympathisé avec Jeff le loueur (de toute façon c’est pas compliqué ici, tu sympathises avec tout le monde!) qui nous a emmené le 2 janvier un régime de bananes entier de son jardin et une dizaine de mangues…un régal!

Nous avons séjourné sur 3 endroits différents, le premier dans le sud de l’île, j’ose le dire « la partie la moins belle » et habitée par de nombreux moustiques!

Notre premier hébergement à Moorea
Le Père Noël nous a retrouvé!

Le second spot a été aussi une formidable rencontre, merci airbnb, vers la baie d’Opunohu. L’endroit était paradisiaque, plage de rêve, cocotier, hamac, les poissons multicolores, les raies qui te rendent visite devant le fare, paddle, kayak…

Moorea, notre second logement, fare avec vue sur lagon!
Notre fare dans la baie d’Opunohu, sans prétention…

Océane prend le large…

et le dernier lieu, à l’hôtel Hibiscus, une pension de famille composée de quelques bungalows typiquement polynésiens, avec aussi une très belle plage, et surtout c’était un revival, car c’est là que nous avions séjourné 12 ans auparavant…les gérants de l’hôtel sont adorables aussi, on a passé beaucoup de temps à parler de Nouvelle Zélande. Les Polynésiens partent en vacances en général soit sur les îles de Polynésie, soit à Hawaï, aux USA, Nouvelle Zélande ou Australie.

Notre bungalow à Moorea (Hibiscus)
Plage de l’hôtel Hibiscus
Hôtel Hibiscus, Moorea

Durant notre séjour, nous avons rencontré et discuté avec pas mal de personnes, polynésiennes ou « popas ». Nous avons sympathisé avec des amis de nos hôtes, enfin surtout Yannick dans un premier temps car Eric est élagueur et du coup ils en sont venus à papoter d’engins, de tronçonneuse, de taille haie (merci Leroy Merlin !)…puis Eric nous a proposé de passer boire une bière chez lui le lendemain, nous avons rencontré sa femme Sophie, ils ont  2 enfants des mêmes âges que les nôtres, et on a passé une bonne soirée ! C’était le soir du 31, ça ne pouvait pas mieux tomber. Ils habitent dans la « montagne » et sont entourés d’arbres, de manguiers, de cocotiers, de papayers…Eric s’est lancé dans la permaculture, c’est déjà la deuxième fois qu’on entend parler de permaculture durant notre voyage. En Bolivie, nous avions rencontré une famille de tourdumondistes qui avait fait de la permaculture son thème de voyage. Il nous a fait découvrir son jardin, ses expérimentations.

Pour une fois, nous avons vu Minuit sur le réveil, car en Polynésie il faut savoir que le rythme de vie est calé sur celui du soleil. La vie commence à 4h environ et se termine vers 17/18h. Nous avons opté pour un 8h-21h, c’était reposant à souhait ! Il ne fallait pas se louper pour faire les courses, à 18h tout fermait. Et les restaurants, snacks…fermaient à 21h. Au marché de Papeete, j’ai bien rigolé quand j’ai vu les horaires du dimanche : 4h-9h du matin. Quand je dis décalé, c’est vraiment décalé par rapport à nos rythmes européens!

Nous avions de nouveau loué des scooters, on a pu faire le tour de l’île quelque fois, ça nous faisait une petite activité sympa dans notre journée de farniente! Il n’y a qu’une seule route principale, qui fait le tour. Elle représente 60km.

On the road again!

Moorea sous la pluie!

Nous nous sommes pris aussi quelques bonnes averses, nous avons bien amorti nos ponchos, même si sous de telles pluies torrentielles, ils ne servent plus à grand-chose! A cette époque de l’année, c’est la saison de pluies, il a fait très chaud (30-35°), humide, et quand il pleuvait, ça ne faisait pas semblant. On a eu jusque 3 jours consécutif de pluie, c’était limite déprimant ! Au début, on faisait bonne figure, on allait se baigner sous la pluie, on faisait du scooters…au bout de 2 jours, tu as beau être au paradis sur Terre, y’à rien à faire, quand il pleut des sauts, c’est nul !

Nous avons visité l’usine de jus de fruit Rotui, j’ai vu des noms qui m’ont évoqué quelques souvenirs brassicoles 😉, testé quelques roulottes pour déguster du poisson cru à la tahitienne (un régal, je me suis promise d’en faire une fois rentrée à Maclamodbeach), roulé pour le plaisir, exploré les fonds marins par ci, par là…Nous avons été au Belvédère, c’est un point de vue sur les hauteurs de Moorea qui permet d’avoir un panorama sur la Baie de Cook et la baie d’Opunohu… Moorea possèdent quelques très jolis pics montagneux, recouverts d’une végétation très abondante. Les couleurs de la nature sont très marquantes : les verts et les bleus se déclinent en de milliers de teintes. Elles sont très vives et on perçoit très bien qu’aucune pollution ne ternit le paysage. Nous avons fait -un peu- l’école, mais en vérité nous étions en mode pause, aussi bien nos corps que nos cerveaux. Nous avons pris notre temps pour discuter avec les gens que nous rencontrions, c’était tellement agréable de pouvoir échanger. Nous étions à chaque fois surpris par cette dose incroyable « d’humanité » dont faisait preuve les gens !

Balade sous la pluie 🙂
Rotui, l’usine de jus de fruit!

Bon il faut quand même que je ternisse un peu le tableau, sinon vous allez croire que j’exagère…les dérives de la vie sur les îles. Eh oui, vivre sur les îles, c’est un peu être dans une bulle, les habitants n’ont pas vraiment conscience de ce qu’il se passe en dehors de leur monde.  Ils n’ont pas beaucoup de loisirs, ou tout du moins ne cherchent pas à s’en créer, ne s’intéressent guère à la culture, littérature, bref,…c’est un peu le désœuvrement et l’oisiveté, on vit au jour le jour sans se préoccuper de demain… Beaucoup de jeunes, et moins jeunes, se retrouvent alors/aussi avec des caisses de bières et boivent jusqu’à l’ivresse sur les bords de route, chez les uns, chez les autres. Les accidents de voitures sont très très fréquents. C’est un vrai ravage. Avec l’arrivée d’internet, les polynésiens s’inventent de nouveaux besoins, et en voyant aussi les touristes, se créent des envies. Nous en avons fait les frais. On nous avait pourtant prévenu : ils ne sont pas méchants…mais certains deviennent voleurs! Si tu vas à la plage, ne laisses jamais tes affaires seules; toujours attacher, bloquer les scooters, ne pas les tenter,…Il y a des petits larcins, rien de grave – et on nous disait, mieux vaut leur éviter la tentation, au moins il n’y a pas de problème…eh bien, nous avons fait une nuit une grosse erreur en laissant nos tongs et nos maillots de bain dehors à sécher…les affaires à Yannick devaient être au goût du gars qui est passé cette nuit-là , il a embarqué son short de bain et ses tongs…c’était vraiment fou, car il fallait quand même oser, s’approcher si près de l’habitation, et on a parcouru des pays bien plus pauvres sans que jamais il nous arrive un pépin, et c’est à Moorea, au fin fond du Pacifique Sud, qu’il nous arrive des bricoles…Yannick n’en est pas encore revenu! Comme quoi!

7 ans à Moorea :)))

Enfin, je termine sur ces 3 semaines en Polynésie, c’était vraiment des « vacances » pendant notre aventure ! Les paysages et les couleurs sont toujours « Whaouu », le peu que nous avons revu a beaucoup évolué mais sans pour autant nuire au décor. Il faut espérer qu’avec l’arrivée de nouveaux touristes, les îles réussissent à préserver encore leur culture, à conserver leur authenticité et le caractère familial qui les caractérisent. Il faut espérer aussi que le stress occidental ne s’empare pas de la joie de vivre des habitants de Polynésie.

See you soon Moorea
New Zealand, here we come!

Nous sommes maintenant à Auckland, et partons pour 5 semaines de découverte en Nouvelle-Zélande, pas mécontents de reprendre notre vie trépidante d’apprentis aventuriers! Nos premiers jours en Nouvelle-Zélande sont magiques, Auckland est une ville qui semble vraiment agréable à vivre, et j’ai l’impression que ce pays va nous laisser quelques nombreux bons souvenirs !

Nous avons commencé par 2 jours chez l’habitant, nous étions accueillis par Helen et Charles avec qui nous avons passé 2 journées géniales !

Mais ça c’est pour le prochain article…qui sera j’espère, plus rapide à venir que celui-ci !!!

8 commentaires sur “Ia Orana tout le monde! We’re back from French Polynesia!

  1. Impressionnant ! Et ennivrant ! C’est vraiment une aventure incroyable !
    Grosses Bises haut savoyardes bien fraîches ! 😉

    1. Merci Sabine! on s’eclate! C’est en effet une sacrée aventure en famille! J’espère que tout va bien pour vous! Très grosses bises😘

  2. Magnifique photos, Magnifique article, une année 2018 qui débute bien pour vous 4.
    Bon anniversaire à Timoté, la grande classe les 7 ans à Moorea !!!

    Bises de nous 5
    Les Sorlut

  3. Encore merci de me faire partager votre voyage et de continuer à me faire rêver. ….à mon tour de vous souhaiter à tous les quatre un très très belle année 2018
    Amities
    Mireille

    1. AAAHHHH Mireille! j’adoOOOre tes petits messages qui m’encourage à poursuivre la rédaction de nos aventures!
      grosses bises

  4. Profitez de la Nouvelle Zelande, ce fut un de nos coups de coeur de 2016…
    Heureux de vous savoir en pleine forme!
    des bises
    Anne et la familia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *